≡ Menu

Osez la Maison Passive

Savez-vous qu’est ce qu’une maison passive ?

Telechargez le guide Osez la maison passive


Une maison passive est un bâtiment énergétiquement très performant. Ce standard d’origine Allemand est aujourd’hui adopté partout dans le monde et reconnu comme le plus exigeant d’un point de vue énergétique, et c’est avant tout :

  • Un vrai premier pas vers la sobriété et la performance énergétique
  • Un bâtiment réalisé sur des exigences qualitatives très élevées
  • Un habitat confortable en hiver comme en été
  • Un atout en face aux hausses de prix de l’énergie
  • Une garantie durable face aux actuels changements climatiques

Nous avons écrit Le guide Osez la Maison Passive pour vous aider à comprendre mieux ce standard. Commencez dès maintenant, laissez ci-dessous vos prénom et mail pour le télécharger gratuitement.

 

La station internationale Princess Elisabeth Antarctica la premiere station de recherche scientifique à zero émission du monde et sa conception intégrée le standard passivhaus

La station internationale Princess Elisabeth Antarctica : la première station de recherche scientifique du monde à zéro émission

La Station internationale Princesse Elizabeth en Antarctique est la première station de recherche polaire à zéro émission au monde. Elle accueille des scientifiques venant du monde entier, pour faire des recherches sur ce continent couvert de neige et de glace, où le froid et le vent règnent en maîtres incontestés. Ce continent de 14 millions de km² offre des conditions de vie extrêmes : des températures qui oscillent entre -5° et 5°C sur la côte, et entre -15°C et -35°C à l’intérieur du continent, pendant l’été ! Vous vous doutez bien que pendant l’hiver, les températures sont encore beaucoup plus basses : de -15° à -35°C sur les côtes, et de -40°C à -70°C à l’intérieur des terres. Dans ces conditions, comment les scientifiques arrivent-ils à vivre pendant des semaines et des mois dans la station ? La raison en est que la station Princess Elizabeth est construite selon le standard Passivhaus!

La station scientifique  Princess Elisabeth Antarctica " zéro émission " est un exemple réussi de l'application des principes de la construction passive

La station scientifique Princess Elisabeth Antarctica  » zéro émission  » est un exemple de réussite de l’application des principes de la construction passive

La conception de la station de recherche Princess Elizabeth intègre parfaitement ces technologies de la construction passive : l’énergie renouvelable solaire et éolienne, l’isolation, des installations de traitement des eaux, ainsi qu’une surveillance technique stricte pour une utilisation optimisée des énergies.

La station Princess Elizabeth est l’exemple parfait d’une construction « zéro émission », donc avec très peu d’impact sur l’environnement. Il faut savoir que l’Antarctique n’appartient à aucun pays, et que ce continent est un lieu préservé, une réserve naturelle, selon un traité officiel, établi en 1959. A ce titre, la station Princess Elizabeth, le fruit de la collaboration de nombreux scientifiques Belges, Allemands, Japonais, Britanniques et d’autres pays, a été conçue pour avoir un minimum d’impact sur le continent. Ainsi grâce au standard passif, le bâtiment est pourvu de techniques et technologies permettant de maintenir les températures internes, en utilisant uniquement les rayons du soleil, la chaleur produite par les êtres humains et les appareils électriques utilisés dans la station. Il s’agit d’une des caractéristiques les plus remarquables de cette station, puisque les scientifiques qui y travaillent vivent dans des conditions climatiques extrêmes, mais l’installation leur garantit la chaleur utile, en été comme en hiver.

La conception initiale de la station prévoyait une structure metallique, finalement un structure en bois à été privilégié grâce a sa grand stabilité en conditions extrêmes.

La conception initiale de la station prévoyait une structure métallique, c’est finalement une structure en bois qui a été privilégiée de par sa grande stabilité dans des conditions extrêmes.

L’utilisation optimale des sources d’énergie nécessite des technologies garantissant l’étanchéité à l’air et à l’eau. Les murs de la station de recherche sont ainsi constitués par neuf couches de matériaux différents. La première couche est composée d’acier inoxydable, d’une épaisseur de 1,5 mm. L’acier inoxydable est un matériau très résistant, qui protège le bâtiment des intempéries, et empêche l’eau d’atteindre le bois des panneaux muraux. La deuxième couche est une mousse en polystyrène à couches fermées, épaisse de 4 mm. Ces mousses assurent l’étanchéité à l’air entre les bandes d’acier inoxydable. Les silicones qui composent la troisième couche sont des matériaux hautement résistants, qui garantissent également la résistance des architectures contre les intempéries, et contre la lumière ultraviolette. Par ailleurs, étanches à l’eau et à l’air, elles sont bien adaptées aux conditions climatiques extrêmes de l’Antarctique. Initialement, les scientifiques ont pensé construire la station Princess Elizabeth entièrement avec des matériaux métalliques, mais, comme le métal peut se dilater et se contracter avec les intempéries, les scientifiques ont intégré des bois lamellés de 80 mm, qui sont, de plus, non-conductrices et plus faciles à transporter. Par la suite, une couche de polystyrène chargée avec du graphite est apposée (400 mm), optimisant l’isolation de la station, grâce à sa structure unique, résistant à l’humidité et à la vapeur d’eau. Une autre couche de bois lamellé est installée à l’intérieur de la couche isolante principale. Le papier kraft dans les différents panneaux sert également à renforcer la barrière contre la vapeur d’appoint. Puisque le moindre trou pourrait laisser le froid traverser et endommager la structure, un pare-vapeur en aluminium recouvre la totalité de la station. Une couche de feutre de laine est ajoutée sur les modules muraux, pour renforcer encore plus les propriétés d’isolation des panneaux, ainsi que la barrière de vapeur d’eau. Bien évidemment, de telles couches rendraient l’intérieur de la station invivable, sans des systèmes de ventilation et d’échange de chaleur performants.

Construction from International Polar Foundation on Vimeo.

Vu d’un regard globale la station de recherche Princess Elizabeth est la preuve réelle qu’il est tout à fait possible d’utiliser la nature et les technologies pour le bien de l’humanité, sans compromettre l’environnement et le bien-être des habitants de la terre.

 

0 comments

Située à Seattle, dans l’état de Washington, la maison Park est un bel exemple de réalisation utilisant le corps d’une maison ancienne pour la transformer en l’une des plus belles maisons passives des États-Unis. Conçue par le cabinet NK Architects, cette belle maison ne passe pas inaperçue dans un secteur urbain très classique.

Une des particularités de cette maison passive est la quantité importante de baies vitrées exposées au Nord.

Une des particularités de cette maison passive est la quantité importante de baies vitrées exposées au Nord.

La construction de la maison passive Park a été finalisée en 2013 sur un terrain de seulement 185 m², où les architectes du cabinet NK ont pu distribuer de belles surfaces sur 3 étages afin d’obtenir une surface habitable totale de 251 m². Cette maison comprend 4 chambres, 3 salles de bains, une grande cuisine, un salon, une salle à manger et une aire de jeux pour les enfants. Conçue afin de rendre la vie facile et agréable d’un étage à l’autre, la maison comporte un escalier central ouvert au Nord ainsi qu’une cuisine dont la hauteur couvre deux étages, reliant visuellement le salon et l’étage.

Un terrain de 185m² avec une maison ancienne sont le point de départ du projet ; l'orientation Nord de la maison a été un défi de plus dans la conception de cette maison.

Un terrain de 185m² avec une maison ancienne sont le point de départ du projet ; l’orientation Nord de la maison a été un défi de plus dans la conception de cette maison.

Les façades extérieures de cette maison passive ont été recouvertes de bardage métallique ondulé et de panneaux de type Trespa. Un isolant de 40 cm d’épaisseur a été rajouté sur l’ensemble de la nouvelle enveloppe et 50 cm d’isolant dans le toit rendent l’isolation de cette maison très performante. En outre, des fenêtres mixtes alu/bois à triple vitrage ont été installées.

L'ancienne maison a été intégrée dans le nouveau volume, créant ainsi une distribution verticale avec de beaux volumes issus de l'orientation au Nord de la façade principale. L'isolation thermique de la maison a dû être renforcée pour atteindre les exigences de la norme Passivhaus.

L’ancienne maison a été intégrée dans le nouveau volume, créant ainsi une distribution verticale avec de beaux volumes issus de l’orientation au Nord de la façade principale. L’isolation thermique de la maison a dû être renforcée pour atteindre les exigences de la norme Passivhaus.

Aucun des différents points clés pour atteindre la norme Passivhaus n’a été laissé au hasard. L’étude de ponts thermiques ainsi que l’étanchéité à l’air et le système de ventilation double flux ont ainsi été soigneusement étudiés par l’équipe conceptrice du projet. Il s’agissait de leur première maison passive pour cette équipe d’architectes et pour son constructeur. La même équipe a depuis réalisé 5 autres maisons passives dans la région de Seattle.

Quelques points importants de la conception de cette belle maison.

Quelques points importants de la conception de cette belle maison.

Beau choix de matières pour le salon ; les grandes baies vitrées facilitent l'apport de chaleur et de lumière.

Beau choix de matières pour le salon ; les grandes baies vitrées facilitent l’apport de chaleur et de lumière.

Une aire de jeux a été créée à l'étage pour les enfants, offrant une vue sur le salon à l'étage inférieur.

Une aire de jeux a été créée à l’étage pour les enfants, offrant une vue sur le salon à l’étage inférieur.

Les plans de cette maison nous montrent une conception architecturale optimisée afin de profiter au maximum de la surface construite..

RDC : nous retrouvons les principales pièces à vivre : salon, cuisine, salle à manger ainsi qu’un espace technique.

RDC : nous retrouvons les principales pièces à vivre : salon, cuisine, salle à manger ainsi qu’un espace technique.

1er étage : nous y trouvons trois chambres dont deux pour les enfants, une salle de bain et l'aire de jeux.

1er étage : nous y trouvons trois chambres dont deux pour les enfants, une salle de bain et l’aire de jeux.

2éme étage : nous y trouvons une grande chambre parentale avec salle de bain, un accès à la terrasse ainsi qu’un salon familial privatif.

2éme étage : nous y trouvons une grande chambre parentale avec salle de bain, un accès à la terrasse ainsi qu’un salon familial privatif.

Le projet de la maison Park (Park Passive House) a été l’un de premiers dans la région de Seattle, une des régions les plus humides et froides des États-Unis. Le confort offert à ses habitants a fait l’objet d’un bouche à oreille efficace et plusieurs autres maisons passives sont maintenant en cours de réalisation dans cette région.

Située dans le quartier très classique de Madison Park, cette maison fait la fierté de ses propriétaires et leur offre un grand confort.

Située dans le quartier très classique de Madison Park, cette maison fait la fierté de ses propriétaires et leur offre un grand confort.

Maison Park

Localisation: Madison Park, Seattle

Architecte: Cabinet NK

Année de réalisation: 2013

Surface habitable: 251 m²

Crédits photos:  Aaron Leitz

Caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment:

Valeur U des parois : 0,100 W/m².K

Valeur U de la toiture : 0,095 W/m²K

Valeur U du plancher : 0,110 W/m²K

Uw mise en oeuvre: 0,70 W/m²K

0 comments

Située au pied des Alpes suisses à 1100 mètres au-dessous du niveau de la mer, la maison Vogel est une de plus belles réalisations des constructions passives en Europe. Le cabinet d’architecture Diethelm & Spillmann a réalisé ce bâtiment qui a une vue exceptionnelle sur les Alpes et le lac d’Ageri.

La façade sud de la maison est composée d'une partie en porte-à-faux, la surélévation est revêtue d'un bardage en bois grisé.

La façade sud de la maison est composée d’une partie en porte-à-faux, la surélévation est revêtue d’un bardage en bois grisé.

La conception de cette maison a été guidée par le souhait du propriétaire d’avoir une belle vue extérieure et une distribution intérieure assez spécifique. D’autres contraintes telles que les imposés du règlement local d’urbanisme ne permettant pas plus de deux étages, ou encore la morphologie du terrain, font de la conception de cette maison une vraie réussite architecturale et technique.

L’extérieur de la maison est composé d’une enveloppe en bois qui dévoile des terrasses avec de très belles vues. Cet extérieur a été entièrement réalisé en bois avec une conception qui donne un aspect minimaliste et chaleureux.

Terrasse en bois avec une vue exceptionnelle sur les Alpes, l'ensemble des surfaces ont été habillées en bois

Terrasse en bois avec une vue exceptionnelle sur les Alpes, l’ensemble des surfaces ont été habillées en bois

La maison est composée d’un rez-de-jardin entièrement en béton armé où nous retrouvons les garages et pièces techniques. Ce noyau fait office de support pour la structure des RDC et du 1er étage de la maison qui est composé d’un noyau en maçonnerie et façades en bois.

Les façades bois latérales de la maison assurent la stabilité du porte-à-faux, ainsi que le contreventement  de la structure bois.

Architecture intérieure minimaliste, finitions en bois et grandes ouvertures.

Architecture intérieure minimaliste, finitions en bois et grandes ouvertures.

L’enveloppe thermique de la maison commence au niveau de la dalle en béton sur le rez-de-jardin. Cette enveloppe est composée de caissons bois isolés de 340mm d’épaisseur dans les  murs et de 420mm en toiture. Les fenêtres en triple vitrage ont été positionnées pour maximiser une ventilation traversante de la maison, notamment en été.

Rez-du-jardin : Composé du garage et des pièces diverses

Rez-du-jardin : Composé du garage et des pièces diverses

RDC: nous retrouvons les principales pièces à vivre ainsi qu'un espace privé au milieu de la maison.

RDC: nous retrouvons les principales pièces à vivre ainsi qu’un espace privé au milieu de la maison.

1er étage: Un espace privatif composé d'une chambre et d’une zone bureau.

1er étage: Un espace privatif composé d’une chambre et d’une zone bureau.

Sur le toit, on retrouve des panneaux solaires pour la production d’eau chaude, ainsi que des panneaux photovoltaïques, dont la production d’énergie est supérieure à celle consommée dans la maison. Le surplus d’énergie produite est ainsi injecté dans le réseau.

On retrouve également un poêle à bois à faible puissance pour couvrir les besoins en eau chaude les jours les plus nuageux.

Le noyau en béton porte l'enveloppe thermique de la maison, celle-ci étant réalisée entièrement en caissons en bois.

Le noyau en béton porte l’enveloppe thermique de la maison, celle-ci étant réalisée entièrement en caissons en bois.

Maison Vogel

Localisation: Mostelberg, Suisse

Architecte: Cabinet Diethelm et Spillmann

Année de réalisation: 2010

Surface habitable: 198 m²

Type de structure : Mixte bois / béton / maçonnerie

Crédits photos:  Roger Frei / Diethelm et Spillmann

Caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment:

Valeur U des parois : 0,110 W/m².K

Valeur U de la toiture : 0,090 W/m²K

Valeur U du plancher : 0,120 W/m²K

Uw mise en oeuvre: 0,77 W/m²K

2 comments

Le développement des bâtiments passifs ou très performants a été très important ces dernières années. A ce jour, il en existe partout dans le monde. Les pays anglophones comme les Etats-Unis et l’Angleterre ont développé des structures de diffusion et des réseaux de professionnels très actifs, et le nombre croissant de réalisations annonce la poursuite du développement du passif à travers le monde. Pourtant, cette vague Passivhaus n’est pas très connue en dehors des milieux de l’architecture et de la construction.

Cet article est le premier d’une sélection des plus belles réalisations de maisons passives autour du monde et témoigne que le passif est applicable dans tous les climats et régions indépendamment de l’architecture. Il est le fruit du travail exigent et du bon sens.

Hudson Passive Projet:

Une architecture inspirée des anciens maison Iroquois donne à cette maison passive sa grand ouverture au sud.

L’architecture de cette maison passive a été inspirée des anciennes maisons Iroquois, des anciens habitants de la vallée du Hudson.

Située dans l’état de New York aux Etats-Unis, cette maison en bois conçue avec une grande baie vitrée en façade sud pour optimiser les apports solaires s’inspire des Longhouses des Iroquois, d’anciennes habitations longues conçues avec une grande ouverture au sud. La structure de la maison a une conception simple et élégante, elle est composée de 5 portiques en bois lamellé collé en forme de cathédrale, les murs et toitures sont constitués de caissons en bois préfabriqués et isolés.

Montage des portiques en bois lamellé-collé, la stabilisation des portiques à été réalisé sans engins de levage.

Montage des portiques en bois lamellé-collé, la stabilisation des portiques à été réalisée sans engins de levage.

Réalisée par l’architecte Dennis Wedlick (DWA), cette maison de 150 m² de surface habitable est connue pour être le projet passif précurseur aux Etats Unis. La beauté de ses espaces intérieurs et sa forme extérieure en cathédrale font de cette maison une des plus belles maisons passives au monde.

RDC : Composée de un grand volume pour le séjour et la cuisine, et un espace privée où on trouve une  chambre parentale  et un dressing.

RDC : Composé d’un grand volume pour le séjour et la cuisine, et d’un espace privé où se trouvent une chambre parentale et un dressing.

1er étage:  Un espace privative destiné à la detente , un espace bureau et un chambre.

1er étage: Un espace privatif destiné à la détente, un espace bureau et une chambre.

Habitée depuis 2010, cette maison est conçue sur deux niveaux avec un espace de grande hauteur pour le séjour et la cuisine. On retrouve au niveau de la mezzanine un espace bureau et une chambre.

Une grand baie vitrée orienté sud assure les apports solaires nécessaires pour le garder le confort en hiver.

Une grande baie vitrée orientée sud assure les apports solaires nécessaires pour préserver le confort des habitants en hiver.

Une structure en bois lamelle-collé crée un espace grand hauteur dans la cuisine et le sejour.

Une structure en bois lamelle-collé crée un espace de grande hauteur dans la cuisine et le séjour.

Les finitions en bois se mélangent au gris clair de la dalle en béton ciré dans le séjour et la cuisine.

Les finitions en bois se mélangent au gris clair de la dalle en béton ciré dans le séjour et la cuisine.

Hudson Passive Project

Localisation: Claverack, New York

Climat: Continental humide

Architecte: Dennis Wedlick

Année de réalisation: 2010

Surface habitable: 150 m²

Type: Maison en charpente bois

Crédits photos:  Peter Aaron et Elliott Kaufman

Caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment:

Valeur U des parois : 0,118 W/m².K

Valeur U de la toiture : 0,105 W/m²K

Valeur U du plancher : 0,095 W/m²K

Uw mise en oeuvre: 1,01 W/m²K

0 comments

Explorant les ouvrages existants sur les maisons passives, je suis tombé sur un livre très coloré qui a attiré mon attention. Il s’agit de Nous construisons une maison passive de Martina Feirer et Alexandra Frankel, architectes autrichiennes diplômées de l’Université de Vienne. Il a été publié en France par le biais de l‘association La Maison Passive.

Nous construisons une maison passive, le livre.

Nous construisons une maison passive, le livre.

Si vous avez de jeunes enfants, je vous le recommande vivement. Je l’ai acheté pour mon fils, mais c’est une lecture que j’ai également beaucoup appréciée. C’est un livre très ludique et interactif dans lequel les personnages nous expliquent les étapes de la construction d’une maison passive, les composantes, les types de matériaux, ce que sont les énergies renouvelables, le tout associé à des jeux et des images très bien réalisés.

Ludique et interactif, le livre nous Nous construisons une maison passive, le livre. une maison passive est idéal pour apprendre aux enfants les étapes de la construction d'une maison passive

Ludique et interactif, le livre Nous construisons une maison passive est une bonne lecture pour apprendre aux enfants les étapes de la construction d’une maison, et plus particulièrement d’une maison passive.

Le livre peut être acheté auprès de l’association La Maison Passive, son prix est de 19 EUR.

Bonne rentrée et bonne lecture!

 

0 comments

 

Flux thermiques dans une  fenêtre passive en triple vitrage. (c) Optiwin

Flux thermiques dans une fenêtre passive en triple vitrage.
(c) Optiwin

Le bon choix des fenêtres dans un bâtiment passif est essentiel pour assurer son bon fonctionnement. Malgré la formation de plus en plus de professionnels pour vous aider dans votre choix, il existe encore une large méconnaissance du sujet qui souvent peut vous coûter cher en termes financier et performance. Dans cet article, vous trouverez quelques conseils pour bien choisir vos menuiseries.

Un élément essentiel multifonction :

Vos fenêtres vont contribuer à un large éventail de fonctions dans votre bâtiment. Elles vont de l’esthétisme aux aspects d’éclairage naturel, d’isolation acoustique, et plus spécifiquement dans le cas de bâtiments passifs, vos fenêtres vont contribuer à la très haute performance thermique de votre bâtiment. Thermiquement parlant, les fenêtres sont des points faibles par rapport aux murs très bien isolés d’un bâtiment passif. Toutefois, elles ont une autre fonction très importante qui est celle de la régulation des apports solaires, indispensables pour le bon fonctionnement du bâtiment.

Uw, Uf, Ug, g, espaceur, pont thermique de pose, etc ; connaissez-vous?

Si votre fournisseur de fenêtres est capable de vous expliquer ce que signifie chacun des termes de manière claire, vous pouvez acheter ses fenêtres ! La performance thermique d’une fenêtre est souvent représentée par la valeur d’Uw. Il s’agit de son coefficient de transmission thermique et il est le résultat de la combinaison de Uf (coefficient de transmission thermique des châssis) et Ug (coefficient de transmission thermique du vitrage). Plus cette valeur est petite, plus la fenêtre est isolante. Par exemple : La valeur Uw pour une fenêtre simple vitrage oscille entre 4 à 5 W/m²K  et pour des fenêtres en double vitrage entre 1 à 2 W/m²K. Pour un bâtiment passif, la valeur Uw recommandée est au maximum 0,8 W/m²K. Cette valeur assure autant la limitation de perte de chaleur que le maintien de la température adéquate sur la surface intérieure de la fenêtre. Techniquement, le but est d’éviter la stratification en gardant un écart inférieur à 3°C avec la température de l’air à l’intérieur du bâtiment. Plus simplement, il s’agit d’assurer le confort thermique du bâtiment.

Lire la suite

4 comments