≡ Menu
Osez la Maison Passive

La maison passive: un habitat sain

Nous sommes tous exposés à divers polluants à l’intérieur de nos bâtiments et les risques de cette pollution, bien qu’étant variables en fonction des polluants concernés et de leur concentration, peuvent être sources de problèmes de santé.

Lorsque vous construisez votre maison, il est donc important que vous soyez informés de l’impact que peut avoir sur la santé une mauvaise qualité de l’air intérieur.

Dans une maison passive, cet aspect est intégré dès la conception et lors de la mise en œuvre :

  • En privilégiant des matériaux les plus sains possibles (isolation naturelle)
  • En favorisant un renouvellement d’air efficace

 

De multiples polluants de l’air intérieur de nos maisons

Les polluants qui peuvent affecter la qualité de l’air intérieur de nos maisons sont variés.

Les polluants chimiques ou COV* : Leurs sources sont multiples. Ils peuvent être émis par les matériaux de construction, le mobilier, les produits d’entretien, les appareils de chauffage,… ils participent donc largement à la pollution de l’air intérieur de nos maisons. Certains sont classés dans la catégorie des substances cancérigènes, tel que le formaldéhyde. C’est l’un des polluants chimiques le plus fréquent  de notre air intérieur classé cancérogène certain par l’OMS depuis juin 2004.

* Composés Organiques Volatils : ils se retrouvent bien souvent en mélanges complexes et à de faibles concentrations dans l’air ambiant de nos maisons

Les polluants biologiques : Ils ont besoin de deux éléments pour se reproduire : des substances nutritives et de l’humidité. Parmi les sources de polluants biologiques à la maison, on retrouve :

  • les salles de bains
  • les sous-sols
  • les appareils comme les humidificateurs, les déshumidificateurs ou les climatiseurs,
  • même les matelas, les tapis et les meubles peuvent être des sources de contamination.

Les moisissures font partie des polluants biologiques. Elles sont particulièrement communes dans les maisons bien isolées pourvues d’une pauvre circulation d’air et d’où l’humidité ne peut s’échapper. Elles se forment et se prolifèrent dans des milieux humides tels que salles de bain, cuisine, sous-sol.

CATEGORIES DE POLLUANTS MANIFESTATIONS SOURCES QUELQUES EFFETS SUR NOTRE SANTE
Chimiques ou COV* Formaldéhyde, éthers de glycol, toluène (solvant), monoxyde de carbone, dioxyde d’azote Matériaux et produits utilisés dans la construction, l’aménagement et la décoration des habitations : certains laines minérales, résines et colles du contreplaqué, peintures, vernis, tissus d’ameublement, moquettes, produits ménagers,… Allergies, sensations d’irritation, maux de tête, toux, irritations oculaires,
Biologiques Moisissures, acariens, pollen, phanères d’animaux, virus et bactéries Milieux humides tels que salles de bain et sous-sol, cuisines, sources de chaleur, circulation d’air insuffisante Réactions allergiques, asthme, maladies infectieuses
 

Maison passive et minimisation des sources de polluants

La conception de maisons traditionnelles nécessite de s’équiper d’appareils divers pour réchauffer son habitation, la rafraîchir, voire humidifier ou assécher l’air intérieur. Ainsi, de multiples sources de pollution font partie des équipements de la maison, tous sources de pollution. Ces équipements sont parfois superflus mais ils sont favorisés par la sensation de mal-être que peuvent ressentir les habitants d’une maison traditionnelle.

A l’inverse, la conception d’une maison passive étant basée sur le confort des habitants sans appareils de chauffage ou de rafraîchissement rend inutiles ces équipements. Les sources de pollution sont ainsi réduites à la base par rapport aux maisons traditionnelles.

La VMC dans une maison passive : un élément primordial à la qualité de l’air

Autrefois, la ventilation des maisons se faisait naturellement par des infiltrations d’air non maîtrisées dues notamment au manque d’étanchéité des portes, des fenêtres, créant ainsi des sensations d’inconfort.

De nos jours, et ce dans un souci d’économie d’énergie et dans le but d’améliorer notre confort intérieur, les constructions sont devenues étanches. Le renouvellement de l’air, qui se fait essentiellement par des systèmes de ventilation mécanique, est devenu indispensable à notre bien être et à notre santé.

Dans le cas d’une maison passive, la VMC double-flux est donc un élément capital à prendre en compte si vous voulez obtenir un air intérieur qualité optimale. Il faut en surveiller sa conception et sa mise en œuvre. Un mauvais renouvellement d’air peut contribuer à la pollution de votre air intérieur au lieu de la réduire.

La VMC double-flux dans une maison passive permet donc :

  • de purifier l’air en assurant l’apport d’air neuf
  • de réduire l’exposition aux polluants en évacuant les substances gênantes et nocives émises par les différentes sources.
  • de réguler l’humidité intérieure dont le taux doit se situer entre 40 et 60%
  • d’éliminer le surplus de CO2

Il faut savoir qu’il est possible d’améliorer l’efficacité de votre VMC double-flux dans une maison passive en ajoutant des filtres au niveau de l’entrée d’air frais. Cet équipement permet de purifier l’air neuf entrant et de maintenir les conduits propres. Par conséquent, le climat intérieur est encore plus sain avec beaucoup moins de polluants atmosphériques tels que pollens, poussières, particules de carbone,…

0 comments… add one

Leave a Comment