≡ Menu
Osez la Maison Passive

Les 7 points clés d’un projet de maison passive

Il y a septs points clés à surveiller dans un projet de maison passive dont la conception repose sur le bon choix et le respect des principes de construction suivants :

  1. Une conception bioclimatique :

La captation optimale des apports solaires est le point majeur que vous devez considérer dès la première ébauche du plan que vous ferez de votre maison. Les principes d’architecture bioclimatique sont ainsi le point de démarrage de votre projet.

Une bonne conception bioclimatique capte ou protège, diffuse et conserve ou évacue la chaleur, créant un équilibre dans l’habitat. L’objetif est de créer une sensation de confort continue. Dans le cas d’une maison passive, l’architecture bioclimatique est donc le point de passage obligatoire pour bien démarrer votre projet.

Bien que l’on ne puisse pas généraliser tous les concepts du bioclimatisme, on peut donner deux recommandations simples appliquées à la maison passive :

  • L’orientation de votre maison : Les pièces à vivre dotées de grandes baies vitrées sont orientées plein Sud pour pouvoir capter au mieux les apports solaires en hiver.
  • Prévoir des protections solaires : Pour éviter les surchauffes en été, il faut prévoir des protections solaires notamment sur les cotés Sud et Ouest de votre maison.

Dans le Sud de la France, le confort en été est un point important à traiter en phase conception du projet : Il faut prévoir des protections solaires adaptées et assurer une bonne inertie thermique pour bien adapter votre maison aux changements de température.

2. Une isolation renforcée et un objectif de zéro pont thermique :

« L’enveloppe » est le terme employé pour dénomer les murs, les toits et les dalles qui sont en contact avec l’extérieur ou avec un volume non chauffé. Il s’agit du deuxième point clé à définir dans votre projet. En effet, l’isolation renforcée dans une maison passive vous assure la limitation des pertes et le maintien de la chaleur à l’intérieur de la maison.

La nature et l’épaisseur des isolants peuvent varier en fonction du type de maison et des éléments à isoler mais il faut veiller à garantir une enveloppe thermique quasi constante; c’est-à-dire avoir un coefficient de transmission thermique U identique pour les murs, les dalles et les toits. On dit souvent que pour atteindre le standard passif, il faut obtenir un U inférieur ou égal à 0, 15 W/m²°C.

Les ponts thermiques représentent le plus grand ennemi de l’isolation : Il faut les éviter, voire les anéantir totalement. Ces endroits de jointure par lesquels la chaleur a tendance à s’échapper sont souvent facilement localisables en phase conception. Nous vous conseillons fortement de demander des dessins de détails à votre architecte ou au bureau d’études, c’est important!

3. Des fenêtres performantes :

Bien qu’il soit possible d’atteindre le standard passif avec des fenêtres double vitrage très performantes, l’emploi du triple vitrage est recommandé. N’hésitez pas à demander plusieurs devis d’installateurs accompagnés de détails techniques. Si votre budget le permet, nous vous conseillons également d’acheter des fenêtres labellisées Passivhaus. Dans ce cas, l’installateur doit vous fournir le certificat délivré par le Passivhaus Institut, qui atteste et garantit les performances thermiques des fenêtres.

Quelques recommandations avant de demander un devis :

  • Le coefficient de transmission thermique du vitrage Ug doit être inférieur ou égal à 0,7 W/m²°C.
  • Le coefficient de transmission thermique du cadre Uw doit être inférieur ou égal à 0,8 W/m²°C.
  • Le facteur solaire g du vitrage doit supérieur ou égal à 0,6.

N’oubliez pas que ces valeurs sont de simples répères et une étude thermique vous aidera à confirmer la pertinence de ces valeurs et de vos choix.

4. Etanchéité optimale à l’air :

Jusqu’à récemment, les termes d’étanchéité ou d’infiltration d’air étaient très peu utilisés et pris en compte dans le secteur de la construction de maisons. Résultat : beaucoup de bâtiments existants sont de vrais passoirs.

Dans le cadre de votre projet de maison passive, vous devez atteindre une valeur de taux de renouvellement d’air n50(*) inférieure ou égale à 0,6 vol/heure, c’est-à-dire que si votre maison est soumise à des vents entre 30 et 40 Km/h, le volume d’air qui s’échappe pendant une heure par les fuites doit être au maximum égal à 60% du volume intérieur de votre maison. L’étanchéité à l’air est donc un vrai point clé.

Un test d’étanchéité à l’air par le bias d’une porte soufflante (ou blower door test) est important en phase chantier, il vous permettera de trouver les fuites et de les traiter.

(*) : n50 correspond à une pression sur votre maison de 50 Pascals équivalent à des vents compris entre 30 et 40 km/h.

5. Une ventilation mécanique double flux performante :

Une ventilation mécanique contrôlée double flux (VMC double flux) repose sur le principe d’un croisement des flux d’air permettant de récupérer la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant. C’est la cinquième clé de votre projet.

Voici une première recommandation sur les systèmes de ventilation. Il est conseiller d’installer une VMC double flux certifiée par le PassivHaus. Souvent couplé à un puit canadien hydraulique ou installé seul, cet élément sera la colonne vertebrale de votre maison. La récupération de chaleur faite par le système permet de maintenir un confort dans votre maison.

Demandez un rendement minimum de 75%, et placez votre VMC à l’intérieur de votre maison, vous éviterez des pertes très importantes et des percements dans vos parois.

6. L’utilisation d’appareils électriques performants :

Si vous souhaitez labelliser votre maison passive, vous devrez prouver que le besoin en énergie primaire de votre maison est inférieur à 120 kWh/m².an.

L’énergie primaire correspond à l’addition des consommations suivantes :

  • Production d’eau chaude sanitaire
  • Chauffage
  • Electricité des appareils électroménagers
  • Eclairage

7. Faire une étude PHPP en phase conception :

Le PHPP est un logiciel d’étude thermique du PassivHaus Institut. Réaliser une étude PHPP en phase conception permet d’éviter beaucoup de problèmes et par conséquent d’économiser par la suite sur des dépenses qui auraient été inutiles. Vous pouvez réclamer à votre architecte, au bureau d’étude ou au constructeur de vous fournir un calcul PHPP ainsi que certains détails des jonctions avant le démarrage du chantier de votre projet.

0 comments… add one

Leave a Comment